Mon nouveau livre est sorti : « L’UNITE, un paradigme pour les temps nouveaux »

 

En février dernier, j’expliquais ce qui m’avait poussée à écrire ce livre (ici). Depuis, il a changé de titre sous l’impulsion de l’éditeur, il s’appelle « L’UNITE, Un paradigme pour les temps nouveaux ». Il est publié dans la nouvelle maison d’édition TRANSITION, associée aux éditions JMG. Il coûte 12 euros et fait 133 pages. Je l’ai volontairement écrit court et concis pour ne pas rebuter de futurs lecteurs. Il a néanmoins beaucoup de consistance, de densité.

Lire le texte au dos de couverture

Marc Luyckx Ghisi (auteur de « Surgissement d’un nouveau monde » ) s’est spontanément proposé pour en rédiger la préface. J’en ai été très contente : je réalise que ce livre est un peu le fils de « Surgissement d’un nouveau monde » et d' »Ishmaël » de Daniel Quinn.

Voici les 3 citations en exergue de mon livre, elles plantent le décor  :

« Ce n’est pas la Terre qu’il faut sauver, c’est une nouvelle conscience qu’il faut faire émerger. » Alain Lescuyer, auteur de l’ « Appel à l’insurrection des consciences », 2001  

Notre civilisation a besoin d’un changement de paradigme pour survivre […] Lorsque la culture scientifique deviendra moins matérialiste et se préoccupera plus de l’humain, du subjectif, de la conscience, de la non séparabilité de ce qui constitue ce monde, ce sera un très bon signe. » Morvan Salez, astrophysicien 

« Ce qui se passe en ce moment c’est que l’humanité est en train de découvrir que la vie est une : végétale, animale, humaine et tout ça est solidaire. Il n’y a qu’une vie. Probablement aujourd’hui le sens de la vie c’est la prise de conscience de cette unité de la vie. » Michel Rocard, dans le film Human de Yann Arthus-Bertrand

Pour vous le procurer, vous pouvez :

Et si le livre vous plait, merci de le faire connaître !

Article présent dans la rubrique Ce qui me passionne, Changement de civilisation, Livres, contes et histoires, Non classé.
 
N'hésitez pas à laisser votre commentaire ci-dessous.

3 commentaires

  1. Marie-Christine :

    Magnifique! Merci beaucoup Geneviève de situer l’Unité au coeur du renouveau.

    Le 20 novembre 2018
  2. Anne :

    BRAVO pour ce phénoménal travail de synthèse interdisciplinaire! Au fur et à mesure de ma lecture, je voyais clignoter les livres de mes étagères, certains titres que tu cites, et d’autres qui les rejoignent…

    Tu sais admirablement rendre compréhensible la cohérence des avancées des différentes approches scientifiques qui toutes convergent vers la vision d’un monde vivant interdépendant dans toutes ses composantes (végétale, animale, humaine, mais aussi minérale) et dans son fonctionnement. Et il s’agit bien d’un nouveau paradigme.

    Le 30 novembre 2018
  3. Geneviève :

    Voici le commentaire de Donatien Moisdon sur ce livre, visible sur son blog audeladeslivres.blogspot.com :

    La première chose qui frappe dans cette étude, c’est le sérieux de la recherche et de la documentation : une rigueur digne d’une thèse de doctorat.

    La deuxième : c’est que nous sommes bien loin d’une thèse de doctorat. Le texte n’est pas émaillé de termes psychosociologiques obscurs. Je ne veux pas dire par là que toutes les thèses de doctorat soient indigestes. Certaines se lisent comme des romans d’espionnage. Je pense à Semmelweis de Louis-Ferdinand Céline, mais elles demeurent extrêmement rares. Ici, le style est clair. Le choix des mots est guidé par le respect que tout essayiste devrait porter à un public non-spécialiste. Geneviève Lebouteux respecte ses lecteurs. Elle ne les regarde jamais de haut.

    Le thème est dans le titre : l’unité. Il ne s’agit pas d’unité à l’intérieur d’un parti politique, mais de ce nous unit à tout et à tous. Il y a encore quelques décennies, une étude comme celle-ci aurait pu être qualifiée de purement philosophique, mais les choses ont changé. C’est maintenant la recherche scientifique qui vient au secours de la philosophie. En étudiant les fœtus et leur croissance dans l’utérus, nous savions déjà que l’embryon humain passait par tous les stades de l’évolution, à commencer par des branchies de poisson. Récemment, nous avons appris que nous partageons notre héritage génétique avec absolument tous les aspects du vivant, même un brin d’herbe, même une bactérie. Il s’ensuit que notre regard sur tout ce qui vit doit évoluer en conséquence, surtout celui qui se porte sur d’autres êtres humains.

    Comme dans un bon roman policier, je ne vais pas dévoiler comment Geneviève Lebouteux s’y prend pour nous convaincre, ni quelles sont les grandes lignes de son argumentation, même si vous les avez déjà devinées. Je vous laisse le plaisir de la découverte.

    Le 10 décembre 2018

Laisser un commentaire !

Votre prénom :
 
Votre message :