Privatisation d’Aéroports de Paris : et la démocratie ??

Nous sommes de plus en plus conscients du très faible niveau de démocratie en France et en Europe. Je fais partie de ceux qui militent pour le Référendum d’Initiative Citoyenne, largement porté par le mouvement des gilets jaunes. J’en ai parlé (un peu) ici ; je pourrai en reparler. En attendant, nous disposons un mécanisme bien en deçà du RIC mais qui est en route, pour la 1ere fois depuis son instauration en 2008, grâce aux 250 députés et sénateurs qui l’ont enclenché : le Référendum d’initiative partagée. Il s’agit de demander la tenue d’un référendum sur la privatisation controversée du groupe Aéroports de Paris (inscrite dans la loi Pacte, pour la croissance et la transformation des entreprises, du 11 avril).

Pour que ce référendum ait lieu, il faut que 4 700 000 citoyens français le demandent également : 4,7 millions de signatures à obtenir en 9 mois !! Entre le 13 juin 2019 et le 12 mars 2020 ! C’est pas gagné ! Mais ce n’est pas non plus impossible.

Alors, si vous trouvez qu’une décision pareille doit être soumise au vote des électeurs et si, par la même occasion, vous voulez montrer que nous voulons plus de démocratie, il faut ajouter votre signature aux 500 000 déjà inscrites et faire connaître cette démarche au maximum autour de vous. C’est ici qu’il faut aller pour déposer son nom (se munir de sa carte d’identité) : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1 . Si vous avez des soucis avec le site en question, vous pouvez vous aider de ce mode d’emploi . Il est aussi possible d’aller déposer votre nom dans la mairie chef lieu de canton.

Je fais partie de ceux, très nombreux, qui sont choqués de la politique de privatisation à tout va, de nouveau accélérée par Macron. Tout le monde sait que l’Etat s’est privé de rentrées d’argent substantielles en privatisant les autoroutes, beaucoup sont inquiets de ce qui s’est passé avec GDF (Suez), EDF, et maintenant la SNCF, les barrages hydrauliques, les aéroports… En France, les privatisations ont commencé il y a plus de 30 ans : banques assurances, grandes entreprises… Elles ont contribué à la croissance des inégalités et à la fabrication de « la caste » dont parle Laurent Mauduit : avec ses allers-retours du public au privé, la haute fonction publique s’est mise au service d’intérêts privés et s’est coupée du peuple.

Ce qu’on sait moins c’est que cette politique est imposée par l’Union européenne, coûte que coûte. A ce sujet, je vous invite à écouter les documents très intéressants de l’équipe de fil d’Actu, des blogueurs, invités à découvrir l’UE (version longue , 1h40 : on a infiltré la commission européenne ; version courte, commentaire sur la visite, 23 min : UE-RSS ?).

Enfin, même si ce billet va être un peu long, je souhaite le terminer en partageant cette belle réflexion sur le pouvoir de mon amie Ana Sailland :

L’honnêteté est un chapitre de la compétence. En politique, avec la sincérité, c’est le plus important. Or il se trouve que dans la course au pouvoir, l’honnêteté est un handicap sérieux, et la roublardise un avantage stratégique majeur. Voilà pourquoi les peuples sont continument trahis par leurs « représentants ».

L’idée qu’il serait possible de sélectionner une élite digne de décider de tout pour tous, cette idée là est un mythe. Un mythe dont nous devrons nous dégager, et c’est urgent. Car depuis son orgueil et sa complicité avec la goinfrerie, la prétendue élite est en train de tout casser ; elle n’est pas seulement en train d’organiser quelque festin à nos frais, non, c’est bien pire que ça : elle est en train de planifier l’esclavage à la sauce électronique, de tolérer ou de booster l’extinction des espèces, y compris la nôtre, « pour une poignée de dollars de plus ».

Que se vayan todos, si, para todos. (laissez-les tous partir, oui, tous.)

Certes, la foule n’est pas uniformément pétrie de grandeur d’âme, mais elle n’en est pas moins un gisement de qualités innombrables et précieuses, hélas interdites de décision politique : dans la foule des modestes, il y a plus d’intelligence, plus de compétence, plus d’honnêteté, plus de sincérité que dans le petit nombre de ceux qui se croient supérieurs, et donc légitimes à décider de tout pour tous, tout en se servant au passage. Le problème, c’est que cette compétence est diffuse ; étant modeste par nature, elle ne s’engage pas dans la course au pouvoir, ni ne se structure pour le prendre : la légende des siècles démontre que ceux qui renversent les pouvoirs pour se substituer à eux sont toujours des immodestes, donc systématiquement reproduisent la domination par l’orgueil.

Le cahier des charges des institutions à venir est donc simple : elles doivent permettre à la modestie de s’exprimer et de participer pleinement à la prise de décision. Autrement dit, plus que comme instituant le partage de l’avoir, le principe d’égalité républicaine doit instituer le partage entre tous-toutes de la décision politique, en parts rigoureusement égales. On me dit que c’est impossible. Quelle blague !

Article présent dans la rubrique Non classé.
 
N'hésitez pas à laisser votre commentaire ci-dessous.

2 commentaires

  1. Geneviève :

    Totalement d’accord avec ce que vous exprimez et qui fait bcp de bien à entendre, tellement on se sent seul. Lorsque l’on s’exprime, on n’est pas pris au sérieux, pire on est ridiculisé. Alors la tentation du repli sur soi est grande, surtout lorsque l’on est confronté à de grands problèmes, handicap d’enfants etc….
    Merci à vous
    Je reprends votre texte pour vous redire combien je suis OK. » la prétendue élite est en train de tout casser ; elle n’est pas seulement en train d’organiser quelque festin à nos frais, non, c’est bien pire que ça : elle est en train de planifier l’esclavage à la sauce électronique, de tolérer ou de booster l’extinction des espèces, y compris la nôtre, « pour une poignée de dollars de plus ».
    dans la foule des modestes, il y a plus d’intelligence, plus de compétence, plus d’honnêteté, plus de sincérité que dans le petit nombre de ceux qui se croient supérieurs,et donc légitimes à décider de tout pour tous, tout en se servant au passage. »

    Le 27 juillet 2019
  2. Geneviève :

    Merci, le texte que vous reprenez est celui d’Ana Sailland 🙂 J’y souscris moi aussi totalement, même si la planification de l’esclavage dont il est question n’est pas forcément mise en oeuvre consciemment par un certain nombre de ceux qui ont aujourd’hui le pouvoir.

    Le 27 juillet 2019

Laisser un commentaire !

Votre prénom :
 
Votre message :