Quand on jetait de l’argent par les fenêtres : vaccination H1N1

A l’heure où tout le monde est d’accord pour faire attention aux dépenses publiques, un petit retour sur ce que nous avons vécu il y a deux ans et demi… Pas si vieux !

Hiver 2009-2010 : 5 millions de personnes ont été vaccinées contre la grippe H1N1, 57 millions ne l’ont pas été.

On a attribué à cette grippe 224 décès (dont 35 de personnes sans facteur de risque). Cela signifie qu’on compte 3,9 décès liés à cette grippe pour 1 million de français non vaccinés.

Si l’on fait l’hypothèse que la vaccination a protégé de la grippe et du risque d’en mourir toutes les personnes vaccinées, pour ces 5 millions de personnes vaccinées, on a donc grâce à la vaccination, épargné 19 décès (3,9 multiplié par 5). Etant donné que cette campagne de vaccination a coûté environ 2 milliards d’euros, chaque décès évité a coûté au pays 105 millions d’euros. C’est pas mal. Si on avait attribué cet argent à loger décemment les sans abris, on aurait épargné cet hiver 350 décès.

Si on fait l’hypothèse supplémentaire que les personnes avec facteur de risque décédées de la grippe A seraient décédées prochainement de toutes façons (le moindre rhume pouvant emporter une personne très fragile), ce ne sont plus 3,9 décès par million d’habitants que l’on attribue à cette grippe mais 0,6 par million d’habitants… Ce qui amène à la conclusion que la campagne de vaccination à 2 milliards d’euros a permis d’éviter 3 décès (5 multiplié par 0,6). Notre pays a donc payé 666 millions d’euros chacun de ces décès épargnés.

Enfin, cet argent n’est pas perdu pour tout le monde bien sûr. Et par ailleurs, beaucoup d’autres choses sont contestables dans cette vaccination, il n’y a pas que l’aspect gaspillage de l’argent public.

Article présent dans la rubrique Ce qui me tarabuste, Industrialisation du vivant, Le dysfonctionnement de l'économie.
 
N'hésitez pas à laisser votre commentaire ci-dessous.

2 commentaires

  1. Renée :

    Je connais personnellement quelqu’un, infirmier de métier, qui s’est donc fait vacciner contre le H1N1, et qui a failli en mourir. Il est resté ensuite plusieurs mois avec un côté complètement paralysé, et à l’heure actuelle, il a encore de graves problèmes avec son bras droit. (Sans parler des douleurs).

    En plus d’être la source de profits phénoménaux pour les laboratoires, les vaccins sont une arme silencieuse dirigés contre les organismes vivants pour les rendre moins vivants, mais bien plus obéissants.

    Sylvie Simon en parle très bien.

    Notre corps nous appartient !!!

    Le 1 avril 2012
  2. Geneviève :

    merci Renée, il y a eu beaucoup de témoignages sur cette vaccination très controversée. On en trouve par exemple sur le site danger-sante.org :
    http://www.danger-sante.org/category/vaccins/

    Le 10 avril 2012

Laisser un commentaire !

Votre prénom :
 
Votre message :