Entre-deux, une fin de vie : mon nouveau roman

Entre-deux, une fin de vie aux éditions Le lys bleu, 2021

Vingt ans après mon premier roman Lumière d’homme, je publie aux éditions Le lys bleu, mon deuxième roman Entre-deux, une fin de vie. Il raconte l’histoire d’une vieille dame qui ne veut pas rentrer en maison de retraite, malgré son état de santé dégradé. Cédant finalement à la pression de ses enfants, elle finit par s’y résoudre, très triste et très contrariée. Dans la maison de retraite, elle parvient à garder un peu de maîtrise sur sa vie. Jusqu’au bout, elle accueille ce qui se présente : tristesse, souvenirs, sensation de vide, vie rétrécie… jusqu’au confinement de 2020… Elle accueille aussi certaines heureuses surprises.

J’ai reçu de très bons retours de la part des premiers lecteurs : « Bravo ! Tout m’a semblé très juste, très vivant, très inspiré, inspirant, réconfortant. » ; « Je n’ai pas pu m’en décoller malgré une envie pressante ! Jusqu’à cette dernière page où l’émotion m’a submergée, toute douce et si vive… » ; « Ce récit est très beau, il m’a ému et touché : sans doute mon âge et beaucoup de réflexions qui me rapprochent de votre vieille amie. Je retrouve la sensibilité de votre premier livre. Un réalisme mêlé d’idéalisme et d’optimisme. Avec beaucoup de cœur. » ; « J’ai trouvé l’écriture très fluide, le sujet est très intéressant. C’est la première fois que je lis des réflexions aussi introspectives sur la vieillesse. Cela m’a donné à réfléchir car j’ai des parents encore valides mais qui pourraient se retrouver assez vite dans une situation un peu similaire et ce livre aura changé ma façon de les écouter. Cette lecture va rester marquée au fond de moi et j’en suis très contente. » ; « Je suis étonnée par la densité de ton héroïne. Comment as-tu fait pour sentir aussi bien une octogénaire et son évolution ? Tu saisis et tu rends sensible le difficile équilibre des relations familiales et l’intérêt du lecteur ne faiblit pas. » ; « J’ai lu votre roman avec beaucoup de plaisir. J’ai été cadre infirmier en Ehpad quelques années. Votre écriture est fluide, le style est très agréable à lire. Les idées du vide et de l’entre-deux sont bien appropriées concernant certains résidents.« 

Pour la sortie de ce livre, j’ai été interviewée par mon amie Anne Amblès qui est très investie sur le sujet de la fin de vie. Voici cet interview en vidéo (une dizaine de minutes).

Le roman est en vente à 13 euros, vous pouvez passer commande à votre libraire ou le trouver sur le site de l’éditeur, pour l’instant uniquement dans sa version brochée (la version e-book suivra).

Article présent dans la rubrique Livres, contes et histoires.
 
N'hésitez pas à laisser votre commentaire ci-dessous.

6 commentaires

  1. Françoise :

    J’ai d’abord lu cette « introspection » d’une vieille dame à la forte personnalité d’une seule traite, l’intérêt de son expérience comme de ses souvenirs ne faiblissant pas. Quelques jours après, j’ai repris ma lecture, à petites gorgées, afin d’apprécier la finesse de l’observation, l’évolution de l’héroïne et de ses enfants, la découverte du « vide » qui est peut-être une forme de plénitude, l’importance de la relation. Un récit attachant et limpide… à méditer.

    Le 8 février 2021
  2. Geneviève :

    je recopie le commentaire que Catherine a mis sous l’article « petite bio » 🙂
    Votre dernier roman est une bouffée d’air pur !
    Merci pour cette belle tranche de vie, je l’ai dévorée entre deux bouchées de tricot et de boulot. Au fil des pages le récit est réaliste, les deux « Mado » sont inspirantes sur notre passage sur terre. Un livre optimiste, emplit de sagesse et d’humanité. A glisser entre toutes les mains…
    Catherine A.

    Le 13 février 2021
  3. Marie Claude onillon :

    Je viens te parler de ton livre que j’ai vraiment aimé. J’ai aimé le tempérament de cette femme jusqu’au bout. J’ai aimé sa découverte du vide et ses prises de conscience. J’ai aimé sa relation avec son amie Madeleine qui, elle aussi, sait ce qu’elle veut, sa réaction de désobéissance. J’ai aimé cette fin pleine de VIE BRAVO et MERCI

    Le 16 février 2021
  4. Thérèse :

    Très beau, très bien écrit, émouvant, toujours le mot juste..
    Même si cet entre deux fait peur, tu as su y apporter de la sérénité.
    Merci Geneviève

    Le 17 février 2021
  5. Donatien :

    Note de lecture : Entre-deux, une fin de vie, de Geneviève Lebouteux aux Éditions Le Lys Bleu.
    Entre deux quoi ? Entre la naissance et la mort, entre le début et la fin. La mort est programmée en nous dès la naissance. Quand elle approche (si l’on en est conscient) comment réagissons-nous ? Le personnage principal de ce roman est une vieille dame. Elle a été pianiste de concert. Elle a subi une première mort – un suicide en fait – abandonnant sa carrière afin de mener une vie « normale » avec mari et enfants. Ajoutons un amant, durant une brève période.
    Elle accepte la vieillesse et la mort avec sérénité, mais ses enfants ne l’entendent pas ainsi : exerçant sur elle une pression psychologique assidue, ils la persuadent de rentrer dans une maison de retraite. Là, on pourrait dire qu’elle se retrouve entre deux eaux : ce qui lui convient et ce qu’elle déteste. Elle profite du séjour forcé pour réfléchir à ce qui lui est arrivé, à ce qui lui arrive et au sens de la vie en général. Intrigue un peu mince ? Pas du tout : on survit avec elle car ce qu’elle dit est à la fois intéressant et profond.
    Ce qui frappe dès l’abord, c’est la limpidité du style. Il est simple, mais tous ceux qui se sont aventurés dans la jungle de l’écriture savent à quel point il est difficile d’être simple. Ce style possède une voix : on entend la vieille dame comme si on était près d’elle, lui tenant la main. Un détail qui m’a fait sourire, et me l’a rendue encore plus sympathique, c’est qu’elle dit « à Avignon », évitant ainsi l’affectation soixante-huitarde de « en Avignon ».
    Oui, certes, elle est sympathique : elle exsude l’optimisme, la résignation et la chaleur humaine. En conclusion Entre-deux vous colle à la peau. Ce court roman est inoubliable. Il nous affecte tous. Nous sommes Madame Damien. “Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère.”

    Le 18 février 2021
  6. Geneviève :

    je recopie ici le commentaire que Viviane a mis dans la rubrique Petite bio :
    J’ai avalé ton dernier livre comme on dévore quand on a faim ou que l’on boit quand on meurt de soif, c’est ce genre de livre qui t’aspire dès la première page et te ramène sur la rive, remuée et attendrie…
    Je ne regarderai plus les vieilles dames silencieuses de la même manière… J’adore ton personnage, cela pourra être moi quand j’aurais atteint son âge. En attendant, à tout le monde, je dis lisez-le, c’est un point de vue original, la vie intérieure d’une vieille dame avec un esprit d’indépendance juvénile qui force le respect ! Chapeau Mado !

    Le 1 mars 2021

Laisser un commentaire !

Votre prénom :
 
Votre message :